Emma Sayers a découvert Prada Meinhoff au concert de Sextile...

20 février 2018
 
Nous avons envoyé pour Birock Radio, Emma Sayers du blog underground «Mütig Müzik » au concert du groupe Sextile ( 'les indécouverts' ) salle Musik und Frieden à Berlin le lundi 12 février 2018. Par chance, c’est là qu’elle découvre en première partie le très excitant groupe Prada Meinhoff
 
 
Emma (dans son Français Anglais) : D’abord, ce qui m'a attiré vers le groupe, c'est leur nom ! Une signification multiples, qui juxtapose le groupe terroriste allemand « Baader-Meinhof » et le contraire de l’idéologie de ce dernier : la morbide célébration du capitalisme en forme de fringues de luxe. Je suis arrivée à la bonne heure pour être sûre de ne pas rater leur prestation. Malgré la neige et le fait que nous étions lundi, la foule était bien au rendez-vous !

Avant que la musique ne commence, la silhouette du groupe nous donne tout de suite une idée de la magnificence qu’on était sur le point de témoigner. Le rétroéclairage de scène, désigne une femme habillée en justaucorps aux épaulettes militaires et un chapeau d’officier, flanqué par son camarade de spectacle aux cheveux noirs bouclés. Dès le début et jusqu’à la fin du concert, le groupe a su attirer l’attention du public avec une présence chargée d'une chimie sexuelle, qu’ils ont, dans un premier temps, déclenché entre eux, pour ensuite la diffuser jusqu’à nous.

La chanteuse Chrissi Nichols assume sa place avec la fermeté d’une artiste expérimenté, nous captivant avec une voix déchirante qui exprime avec puissance un criticisme de l’image de la femme en tant que cible, qui est censé se laisser objectiver par tous ceux qui en veulent… et l’angoisse intégrée de l’invisibilité de soi qui s’ensuit.

À ses côtés, le musicien extraordinaire René Riewer joue sa guitare basse genre solo « shredding » de métal des années 80, à l’aide de pédales d’effets et accompagné par la pulsation des deux boites à rythme programmés style funk et dirty disco. Tels des papillons de nuit attirés par une flamme, on se laisse appâter par l’étreinte de musique danse et joyeuse. Avec des mouvements sensuels qui donnent forme aux paroles rudes en allemand et la musique palpitante, Chrissi balance son électricité dans l’air, seulement pour nous lâcher en pleine excitation avec un geste comique ou une phrase caustique : un sens d’humour noirci qui caractériserait le concert.

Après un rappel de folie du public, leur prestation terminé, j'ai rejoint le duo à son stand marketing. Une discussion s'engage alors Chrissi. D'abord en allemand, puis en français quand je parle de Birock Radio… je suis très impressionnée par l’accent convaincant de cette jeune femme allemande. Au fur et à mesure de la discussion, elle m’explique qu’en fait elle est anglaise !!! Alors je lui répond :« Eh bien moi aussi ! » et « De quelle ville ? » – Chrissi : «Je viens de Leeds… ». « HAHAHAHA FUCK OFF !!! » nous nous exclamons à l'unisson dans un énorme rire.

Enfin, sachez qu'un nouveau clip de Prada Meinhoff « Schluss » est actuellement visible sur YouTube et que leur album éponyme sortira sur le label Freudenhaus Recordings le 6 avril 2018.


Infos sur Prada Meinhoff :
https://www.facebook.com/pg/pradameinhoff/about/?ref=page_internal

Musique peut être commandé ici :
https://pradameinhoff.lnk.to/pradameinhoff

Maske


Express

 
Prada Meinhoff
René Riewer & Chrissi Nichols machen deutschsprachigen Elektro-Punkrock. Das ist alles.
 
 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article