JACK WHITE album "Lazaretto"

18 juin 2014

JACK WHITE - Lazaretto (par Carole Gouttenoire)

Lundi 9 juin sortait le 2ème album solo de Jack White, le très attendu Lazaretto! Le « Chapelier Fou » du rock à papa n'a pas fait référence à une marque de café italien mais à l'hôpital dans lequel on entassait les lépreux et autres pestiférés au temps jadis! Pour Jack White, Lazaretto est comme une immense maison du blues où chaque pièce répond à une humeur particulière!

Amis auditeurs, si vous voulez bien vous donner la peine d'entrer, je vous invite à faire le tour du propriétaire!

Le Hall d'entrée, intitulé « Three Women », est un hommage au « Three Women Blues » de Blind Willie McTell's datant de 1928. La version de White est d'avantage « Honky Tonk », cumulant les orgues, guitares, piano, sans oublier l'incontournable pied d'éléphant! Le résultat est brillant, entrainant, Jack White laisse planer un air de Gospel en scandant « Lordy Lord » en guise de refrain!

La pièce adjacente est le « Lazaretto », l'intro bass-batterie ouvre la voix au flow percutant de Jack! Le titre est un mélange détonnant de Funk-Rock que l'on peut situer entre les Red-Hot, version grande époque et les Rage Against The Machine!

En sortant, sur votre droite, vous pouvez trouver « Temporary Ground », charmante ballade country chantée en duo avec Mlle Lillie Mae qui vous conduit droit dans une Amérique Western Spaghetti dans laquelle on joue du violon avec une brindille coincée entre les dents!

« Would You Fight For My Love? » vous hantera telle une complainte déchirante dans laquelle Jack White, ange déchu déplore le manque de réciprocité de l'être aimé! Le titre se veut éloquent et flirte aisément avec l'opéra rock pour notre plus grand plaisir! Nous continuons la visite avec l'excellent « High Ball Stepper », seul titre instrumental mettant à l'honneur la Fuzz criarde de White accompagnée de sirènes alarmantes faisant de ce titre une parenthèse Gothico-Garage unique et étonnante!

Passons à présent dans la chambre d'amis puisque notre hôte nous offre une session digne des Stones avec « Just One Drink » reprenant les codes des standards américains. « Alone In My Home » se place dans la continuité avec une touchante association piano-mandoline. L'album navigue entre ballade Country sudiste, Blues et Rock poussiéreux voir crasseux! Des entités inclassables ponctuent le projet tel que le « Black Bat Licorice » histoire de rappeler à qui veut l'entendre que malgré ces influences multiples, Jack White est avant tout un artiste contemporain qui sait marquer les esprits et imposer son talent! A présent, chers auditeurs, je vous laisse explorer en profondeur toutes les pièces de ce Lazaretto, vous serez transportés dans une autre dimension, une dimension faite non seulement de paysages et de sons, mais surtout d'esprits! L'esprit Americana. Alors Bon voyage!!!

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article